Bouquine Job 2021

Antonin Sabot  Journaliste-écrivain 
Envoyé, avec huit autres journalistes du quotidien « Le Monde »,  pour radiographier le pays à la veille de l’élection présidentielle de 2012, Antonin Sabot nous livre dans « Une année formidable en France »  une chronique au fil des saisons, du village rural de Mézères, où il a ses racines. Treize portraits : agriculteur, commerçant, médecin, joueurs de coinche… , murailler  épris de liberté. 
Son premier livre « Nous sommes les chardons »  aux presses de la Cité dans la collection Terre de France  a reçu le prix Jean Anglade. C’est un beau roman, inclassable, échappant aux conventions du  « terroir », qui entremêle l’Ici et les Ailleurs,  s’interroge et nous interroge sur le « Comment habiter le monde ? », « Comment habiter la terre ? ». 

Résumé : Nous sommes les chardons  

Un soir, Martin voit son père mort venir s’attabler avec lui. Ce père qui lui a appris à entendre les arbres et à humer le vent, à suivre les pistes des bêtes dans la forêt, à connaître les paysans des alentours… 
Les mystères que cette apparition révèle, le jeune homme va les affronter. Qu’y a-t-il au-delà de sa ferme isolée en pleine montagne ? Une mère, d’autres lieux, d’autres gens, une autre manière de vivre… Martin va apprendre à les connaître et partir sur les traces de l’absent, pour mieux comprendre d’où il vient et ce qu’il vit. 
 
Un très beau roman d’initiation irrigué par un attachement sincère à la nature. 
Récompensé par le prix Jean Anglade 2020. 
Avec une préface signée Agnès Ledig. 

Notre avis : L’histoire est simple et pas banale, l’intrigue un fait divers, les héros sont bien particuliers .
IIs appartiennent au genre humain avec une simplicité surprenante.
Expliqué par le regard d’enfant sauvage du narrateur, les voisins de la montagne où ils vivent sont des espèces locales, des cultivars intimement façonnés par leur habitat. Ce regard propose aussi, indirectement, une autre vie possible et souhaitable… ni écologie radicale, ni survivalisme…
Le propos intéressant nous entraîne en suspense sur des pistes escarpées à entrée multiples, intrigantes, en laissant presque croire à une étude anthropologique opposant civilisation urbaine et érémitisme tout en restant aussi une balade entre grands espaces rudes de montagne et grands silences d’un ciel rédempteur.